Des applications contre le coronavirus: entre risques de violation de la vie privée et luttes contre le COVID-19.

Certains gouvernements ont mobilisé des moyens colossaux en des temps records pour la création d’applications numériques de traçage comme force de frappe contre le COVID-19: Tracetogether au Singapour, Smitthestopp en Norvège, Stopp Corona en Autriche, Covidom en France, CovidSafe en Australie, AarogyaSetu en Inde, AntiCoro en Côte d’Ivoire… Ces applications n’utilisent pas les mêmes outils (bluetooth ou géolocalisation) pour fonctionner mais ont la même finalité: tracer le COVID-19 et permettre le déconfinement ou un certain retour à la normalité. Elles ne servent pas seulement à tracer le COVID-19, des applications comme COVIDOM développée en France ou ANTICORO de la Côte d’Ivoire ont pour objectif de porter assistance aux personnes infectées à domicile qui ne nécessitent pas d’hospitalisation.

COMMENT FONCTIONNE CES APPLICATIONS?

Prenons deux exemples, l’une fonctionnant par bluetooth et l’autre par géolocalisation.

TRACETOGETHER (Singapour)

L’utilisation et le téléchargement de l’application se font sur la base du volontariat. De plus, tous les profils sont anonymes sauf si l’utilisateur décide de partager ses données personnelles au Ministère de la Santé.

Une fois téléchargée, l’application scanne votre entourage et marche toujours en arrière-plan. Lorsque deux personnes ayant l’application se croisent, elles seront reliées en bluetooth et l’application notera que ces deux personnes se sont rencontrées.

Si l’une des personnes ayant l’application tombe malade du COVID-19, la personne infectée informera le Ministère de la Santé par le biais d’un bouton intégré dans l’application. Le Ministère va à son tour informer toutes les personnes avec lesquelles il y a eu contact au cours des quatorze derniers jours et qui utilisent cette application. Les informations sont stockées sur le téléphone et seront effacées au bout de 21 jours.

SMITTESTOPP (Norvège)

Smittestopp fonctionne comme l’application TraceTogether à la différence qu’elle utilise la géolocalisation pour tracer le COVID-19. De ce fait, le gouvernement norvégien connait en continue et pendant 30 jours vos déplacements, puisqu’après cette période les données sont effacées.

Si deux personnes sont d’accord, leurs identités d’utilisateur sont enregistrées et si l’une ou l’autre des personnes tombe malade du Covid-19, elle enverra à ses utilisateurs un message pour les informer qu’ils se sont trouvés pendant plus de 15 minutes à moins de deux mètres d’une personne infectée, sans révéler son identité. C’est ce qu’on appelle la poignée de main numérique.

Un gage d’efficacité, selon le ministre de la Santé norvégien Bent Høie, qui a assuré que l’application était conforme aux règles européennes de protection des données.

EFFICACITÉ DE CES APPLICATIONS

Ces applications en enregistrant les mouvements et contacts de l’usager, permettront aux autorités sanitaires de mieux observer la propagation de l’épidémie, de mesurer l’efficacité des restrictions et de déterminer la nécessité de revenir sur des allègements. De plus, les applications de santé ont été un élément crucial de la course en Chine pour prévenir une deuxième vague d’infections au COVID-19. Les utilisateurs scannent des codes QR pour partager des informations sur leur état de santé et leur historique de voyage. Ces codes doivent être scannés avant d’embarquer dans les bus et les trains ou d’entrer dans les aéroports, les bureaux et même leurs propres complexes d’habitation. Différentes couleurs sur les applications indiquent différents niveaux de risque, avec des codes verts accordés à un mouvement sans restriction, des codes jaunes pour sept jours de quarantaine et des codes rouges pour ceux qui ont nécessité 14 jours de quarantaine. Les applications peuvent déterminer si les utilisateurs ont été en contact avec des personnes infectées.

Toutefois, un système de notifications est aussi à l’étude pour qu’un message s’affiche sur le téléphone de quelqu’un qui s’approche d’un porteur du Covid-19.

Un commentaire sur « Des applications contre le coronavirus: entre risques de violation de la vie privée et luttes contre le COVID-19. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s